Émile de Maupas, sénateur et préfet des Bouches du Rhône de 1860 à 1866, décide la construction d’un monument somptueux digne de son rang. Il en confie la réalisation à l’architecte Martin et fait approuver le projet par le Conseil Général début 1861.

En novembre 1861, les terrains sont achetés et les immeubles rasés. La première pierre est posée l'année suivante et les travaux de construction se font à un rythme soutenu. En novembre 1864, l’architecte Martin démissionne, invoquant des dépassements de devis occasionnés par les décors intérieurs et les achats d'objets d’art. Officieusement, la cause de son départ serait liée à l'arrivée d'un nouvel architecte sur le projet : Nolau, appelé pour les aménagements intérieurs, la réalisation les décors, du mobilier et des objets d'art.

La façade principale est ornée de quatre statues sculptées par Lequesne représentant à gauche Pontevés et Vendôme, et à droite Portalis et l’intendant Lebret. La façade Est donnant sur le jardin et la rue de Rome est également décorée de quatre statues réalisées par Travaux représentant à gauche monseigneur de Belsunce et le chevalier Roze, à droite le Roi René et Palamède de Forbin. La façade Ouest ne possède que deux statues :l’empereur Constantin sculpté par  Gumery, et Charles Barbaroux réalisé par  Clastrier.

La cour intérieure est décorée de quatre statues de Marcellin représentant Mirabeau, le bailli de Suffren, Pierre Puget et le duc de Villars.

Le préfet Maupas prend possession de son palais préfectoral en décembre 1866 mais il est relevé de ses fonctions par un décret de l’Empereur.

Le bâtiment est inscrit aux monuments historiques depuis 1971.

Partagez cette étape
Visitez avec votre smartphone
Poursuivez la visite ...