L'église Saint-Vincent-de-Paul, dite des Réformés, doit son nom courant à l'emplacement d'une ancienne chapelle des Augustins réformés.

Cette église est bâtie suivant les plans de Reybaud qui adopte un style néogothique, très à la mode à cette époque en France et à l'étranger.

La première pierre est posée en 1855 par monseigneur de Mazenod. En 1862, l'architecte se retire et c'est l'Abbé Pougnet qui prend la suite en modifiant les plans initiaux. Il appelle à l'aide les paroissiens en 1885 qui réunirent les trois millions de francs nécessaires à la construction. L'église est consacrée en 1886.

Les deux flèches de l'église s'élèvent à soixante mètres. Elle est dotée de portes en bois ornées de panneaux de bronze et les superbes vitraux par Didron.

En 1941 le clergé marseillais passe commande au sculpteur Botinelly d'un monument dédié à Jeanne d'Arc. La France est en grande partie occupée par les armées allemandes mais Marseille est en zone dite libre. Botinelly propose un projet assez complexe puisque l’iconographie qui synthétise l’ensemble du cycle johannique comprend une statue Jeanne écoutant ses voix et quatre bas-reliefs : Jeanne d’Arc et Charles VII, Sacre de Charles VII, Levée du Siège d’Orléans, Martyre de Jeanne d’Arc. Le message est clair : la sainte est de nouveau convoquée pour bouter l’ennemi allemand hors des frontières.

La statue est inaugurée en 1943 mais la situation a bien changée : le pays désormais vit tout entier sous le joug de l’occupant nazi. Outre les membres du clergé, les édiles et notables, de nombreuses délégations militantes ou partisanes y participent brandissant une soixantaine de fanions.

Partagez cette étape
Visitez avec votre smartphone
Poursuivez la visite ...