Depuis le XIXe siècle, la Canebière est une artère commerciale de renommée mondiale. Elle tire probablement son nom du provençal "canabe" signifiant" chanvre" peut être en raison de l'installation de plusieurs échoppes de cordiers.

Dès le Xe siècle, le lieu prend le nom de "plan Fourmiguier". En 1296, le comte de Provence, Charles II obtient de la ville une concession afin d'y installer des chantiers navals. Au XVIIe siècle, le roi Louis XIV ordonne l'extension de la ville : les constructeurs déménagent sur la rive sud-est du port, les cordiers s'installent sur la rue Corderie. En 1666, les remparts sont détruits et la commercialisation des terrains des nouveaux quartiers commence. La première mention du nom de "Canebière" apparaît en 1672.

En 1857, elle est élargie et fait désormais trente mètres de large. Hôtels de luxe, boutiques, cafés et restaurants longent l'avenue et accroissent sa popularité. Dès lors, La Canebière devient l'un des lieux incontournables de la vie sociale marseillaise.

En 1850 ouvre le Café Turc, dont la salle principale de style mauresque donnait sur le n°4. Il était réputé pour son horloge qui indiquait les heures turque, chinoise, arabe et européenne. S'ouvrent de luxueux établissements comme le Café de l'Univers avec ses dorures et ses miroirs, le Café de France décoré par le peintre Magaud, le Café Glacier avec ses 500 tasses à la minute et ses 120 becs de gaz, le Café Allemand, ainsi que le Café Riche à l'emplacement de l'actuel Monoprix qui était considéré comme le plus somptueux de tous.

On prêtera une attention aux façades du XVIIIe siècle des n° 32 à 36 la Canebière et du XIXème siècle aux n° 46 à 50 la Canebière.

Partagez cette étape
Visitez avec votre smartphone
Poursuivez la visite ...