Les plantes médicinales étaient, au temps de la Rome Antique, l'affaire de spécialistes des onguents, ou de préparateurs et vendeurs de produits médicinaux.

Au Moyen Âge, période d’insécurité, les jardins sont protégés par dans des enclos, au pied des tours, et dans les monastères chrétiens. Il s'agit plus de jardins d'utilité que de jardins d'agrément.
Le « jardin des simples » regroupe un ensemble de plantes médicinales dites basiques, utilisées pour leurs vertus thérapeutiques .
Les différentes espèces sont présentées par thème, en fonction de leur effet curatif.

- le Calendula officinalis (souci) : adoucissant pour la peau.
- le Taraxacum officinale (pissenlit) : dépuratif des voies biliaires.
- la Salvia pratensis (sauge) : aux propriétés antiseptiques et digestives.
- le Cytisus scoparius (genêt à balai) : régulateur des battements cardiaques
- le Thymus vulgaris (thym) : expectorant et antispasmodique
- le Papaver somniferum (pavot) : aux vertus sédatives
- la Ballota nigra (ballote) : utilisée comme vermifuge
- le Berberis vulgaris (épine -vinette) : anti-inflammatoire des voies urinaires.

Ses massifs sont délimités par des haies de buis, comme cela se pratiquait au Moyen Age.

Partagez cette étape
Visitez avec votre smartphone
Poursuivez la visite ...