Saint Louis d'Anjou

Louis d’Anjou est le fils de Charles II et de Marie de Hongrie. Il est petit-neveu de Louis IX, saint Louis.

Il est élevé à Brignoles. Son père, captif des Aragonnais, devient roi de Naples. Il est libéré en 1288 contre la remise en qualité de prisonniers de trois de ses fils. Traités avec honneur, les jeunes princes et leur suite organisent une cour. Louis passe du temps auprès des frères mineurs Brun et Scarreri et s’initie à la théologie. Libéré en 1295, il revient dans le royaume de Naples et devient franciscain. La mort de son frère aîné le fait héritier du royaume, mais il y renonce en faveur de son frère Robert. Il est ordonné prêtre et devient évêque de Toulouse. Malade, il se rend à Brignoles où il achève sa vie. Selon son désir, il est inhumé dans l’église des Cordeliers de Marseille. En 1317, le pape Jean XXII, qui avait fait une partie de sa carrière au service de la maison d’Anjou et qui avait été son secrétaire à Toulouse, prononce sa canonisation.

On s'arrache alors ses reliques : sa tête va à Naples, sa mitre et ses gants à Brignoles, le reste à Marseille. Quand Alphonse d'Aragon, en 1423, envahit et pille la ville, il s'empare des reliques. Les Espagnols rendent en 1956 deux vertèbres du saint qui sont exposées dans l'église Saint-Ferréol, avant d'être volées en 1997.


Le cours

Ici étaient installés les dix-huit pavillons en fonte des bouquetières construits d'après les plans de l'architecte Coste. De 1847 à 1968, leurs étals colorés ont fait le bonheur des passants, et les artistes de l’Alcazar ne manquaient jamais d’y acheter une rose porte-bonheur avant d’entrer en scène.

Partagez cette étape
Visitez avec votre smartphone
Poursuivez la visite ...