En 1854 le pape Pie IX promulgue le dogme de l'Immaculée Conception affirmant ainsi que la vierge Marie a été exemptée du péché originel. Sous l’impulsion de monseigneur de Mazenod, la ville commande un monument célébrant cette nouveauté à l’architecte Espérandieu et au sculpteur Guillaume.

Le choix du site fait l'objet de longues tractations entre le diocèse et la mairie. L'évêque propose l’extrémité de l'actuel cours Pierre Puget, alors que la municipalité propose la place Notre-Dame du Mont ou le long de l’avenue de la chapelle Notre-Dame de la Garde. Pour mettre fin au débat, monseigneur de Mazenod choisit un terrain appartenant à l'évêché au bout du boulevard d’Athènes, dans un quartier populaire à rechristianiser.

Afin que la Vierge dorée devienne un signal urbain bien visible, Espérandieu accentue la verticalité de son monument. La statue haute de trois mètres est dressée sur une colonne elle-même posée sur un piédestal en pierre de Crussol : l’ensemble culmine à neuf mètres. La colonne, en marbre de Cararre, n’est plus ici un simple support ou faire-valoir, elle participe pleinement au message. Le chapiteau met en scène des anges et le fût est incisé de symboles virginaux : monogramme marial dans des mandorles, lys et roses, étoiles. A l'origine ces décors sont dorés ou peints en bleu. La statue est en alliage de plomb doré à la feuille.

La colonne de l’Immaculée Conception y est inaugurée le 8 décembre 1857. En 1922, elle est transférée à son actuelle place pour la création de l’escalier de la gare Saint-Charles.

Partagez cette étape
Visitez avec votre smartphone
Poursuivez la visite ...