La maison diamantée, classée monument historique depuis 1925, est l'une des plus anciennes demeures de Marseille. Cette maison est l'un des rares symboles de la ville ancienne disparue, à proximité du quai grec sur les vestiges de demeures antiques et médiévales, et des résidences de patriciens voués à la mer et au négoce.

Elle aurait été construite fin du XVIe siècle, à la demande de riches commanditaires italiens et espagnols : peut être Pierre Gardiolle, un marchand d'origine catalane, ou Nicolas de Robbio, contrôleur d'artillerie d'origine piémontaise. La tradition orale la présente comme étant le Palais du "Bon Roi René" d'Anjou, comte de Provence.

Elle est particulièrement remarquable par son style architectural : le bossage  «en pointes de diamant» imaginé dans l'Italie des Médicis. L'escalier entièrement ouvragé distribue les quatre niveaux de la Maison Diamantée dans une esthétique sans égale et les plafonds à la française sont finement décorés.

La Maison Diamantée a été habitée par de grandes familles, comme celle du premier échevin de la ville Pierre de Saboulin-Bolléna ou les Castellane-Majastre.

Sous la Révolution, elle est morcelée ; et à la fin du XIXe siècle, elle sert à abriter les travailleurs du port et les immigrés italiens. Sauvé de la ruine en 1914, elle échappe aux destructions des vieux quartiers décidées par les autorités allemandes en 1943.

Siège du Comité du Vieux Marseille pendant près d'un demi-siècle, elle a abrité le siège de l'association organisatrice de Marseille Provence 2013, capitale européenne de la culture.

Partagez cette étape
Visitez avec votre smartphone
Poursuivez la visite ...